Quelle a été la performance des entreprises durables durant la crise du Covid-19 ?

-A +A

Par Nicholette MacDonald-Brown et Scott MacLennan, Co-gérants du fonds SISF European Sustainable Equity

Notre opinion sur l’investissement durable est que les entreprises enregistrent de meilleures performances lorsque qu'elles traitent équitablement leurs parties prenantes. Les débats à ce sujet allaient bon train avant que survienne la crise du Covid-19. Pour certains, l’investissement durable représentait davantage un luxe que l'on pouvait se permettre en phase haussière, plutôt qu’un moyen de générer des rendements supérieurs à ceux du marché tout au long du cycle…

La récente volatilité a offert l’occasion de mettre en pratique notre théorie de l’investissement durable dans un contexte de forte baisse du marché suivie d’un rebond tout aussi rapide. Nous ne sommes pas déçus des résultats. En ce qui concerne les actions européennes, notre outil exclusif CONTEXT classe les sociétés en fonction de leur durabilité, comme nous l’expliquons ci-dessous. Sur la base de ces classements, notre analyse montre que les actions européennes classées dans le quartile supérieur de durabilité ont enregistré une baisse de cours moyenne de 29 % entre le pic du marché atteint le 17 février et son point bas du 23 mars.

Performances des actions européennes – 17 février au 23 mars 2020

Source : Schroders, FactSet, avril 2020. La performance passée ne préjuge pas des résultats futurs.

À l’inverse, les valeurs situées dans le quatrième quartile (c’est-à-dire celles considérées comme les moins durables) ont en moyenne cédé 38 % sur la même période. Ce recul est comparable à la baisse de 35 % enregistré par l’indice de référence.

Ensuite, pendant le rebond qui s’est déroulé du 23 mars au 17 avril, les actions figurant dans le premier quartile ont en moyenne progressé de 19 %, contre 17 % pour les titres du dernier quartile et 19 % pour l’indice de référence.

Performances des actions européennes – 23 mars au 17 avril 2020

Source : Schroders, FactSet, avril 2020.

La performance passée ne préjuge pas des résultats futurs. Ces périodes sont évidemment très courtes. Il est toutefois intéressant de constater que, face aux récentes turbulences sur le marché – qui reflètent la montée des inquiétudes entourant la pandémie de Covid-19 –, les sociétés présentant un meilleur profil de durabilité ont enregistré une meilleure performance de leur titre.

Alors que l’investissement durable est parfois perçu comme un luxe sur lequel les investisseurs peuvent faire l’impasse dans un contexte économique plus défavorable, ces données suggèrent qu’il n’en est rien.

Comment mesurons-nous la durabilité ?

Au sein de l’équipe actions européennes "blend" de Schroders, nous utilisons notre outil exclusif, CONTEXT, pour identifier les sociétés plus ou moins durables.

Il s’agit d’un outil que nous avons développé en collaboration avec nos collègues de l’équipe Investissement durable. CONTEXT nous permet d’analyser les relations que chaque société entretient avec l’ensemble de ses parties prenantes. Sont ainsi pris en compte les clients, les employés, les fournisseurs, les régulateurs, les actionnaires et l’environnement, ainsi que la qualité de la gouvernance et de la gestion de l’entreprise. L’importance de chaque partie prenante diffère d’un secteur à l’autre : les régulateurs sont une partie prenante plus importante pour les banques que pour les détaillants, par exemple, et cette donnée est prise en compte.

Une fois que nous avons évalué la solidité de la relation de l’entreprise avec chacune de ces parties prenantes, nous comparons les résultats avec d’autres sociétés du même secteur. Nous obtenons ainsi un classement par quartile de chaque société par rapport à ses homologues sectoriels. Aucun quartile n’est ainsi dominé par un secteur ou un style d’investissement particulier.

Quelles sont les perspectives pour l’investissement durable après la crise ?

La gravité de la crise du Covid-19 a mis en lumière la réaction des gouvernements, des ménages et des entreprises. Les médias et les consommateurs accordent beaucoup d’attention à la façon dont les entreprises traitent leurs parties prenantes pendant cette crise.

À cet égard, lorsque les consignes concernant le confinement n'étaient pas clairement définies (du moins au Royaume-Uni) au début de l’épidémie, les entreprises qui ont demandé à leurs employés de travailler en l’absence de protection individuelle, ou lorsque la distanciation sociale ne pouvait être respectée, se sont attiré les foudres de la presse et du public.

Le traitement équitable des employés concerne également les personnes qui se trouvent temporairement dans l’impossibilité de travailler normalement. Toutes les tâches ne peuvent être effectuées à domicile, et certains employés doivent faire cours à leurs enfants tout en essayant d’accomplir leur travail. La flexibilité des employeurs s’avère déterminante pour conserver des collaborateurs motivés après la crise.

Les entreprises offrent également un soutien tout au long de la chaîne de valeur, à leurs fournisseurs ou revendeurs. La prolongation des délais de paiement des loyers, des services aux collectivités ou des biens reçus en est un exemple.

Des actions positives ont été entreprises par des sociétés transformant leurs lignes de production en vue de produire du désinfectant pour les mains, des blouses de protection ou des respirateurs, au lieu des cosmétiques, vêtements ou voitures habituellement produits. D’autres entreprises ont réalisé des dons pour soutenir la recherche médicale ou les communautés locales.

Les exemples ci-dessus suggèrent que de nombreuses entreprises à travers l’Europe prennent au sérieux leurs responsabilités envers leurs parties prenantes. De plus, les actions qu’elles entreprennent sont prises en considération. À titre d’exemple, dans le cadre d’une enquête sur la confiance à l’égard des marques réalisée en mars par Edelman, 65 % des répondants ont déclaré que la façon dont les entreprises se comportent pendant cette pandémie influencera leurs décisions d’achat futures. Ce chiffre atteint 88 % en Chine. Les entreprises qui traitent leurs parties prenantes équitablement en cette période pourraient ainsi se retrouver en meilleure posture pour faire face à l’après-crise.

Marchés Financiers: