Or et mines : entre deux eaux…

-A +A

par Arnaud du Plessis, Gérant actions thématiques spécialisé sur l’or et les ressources naturelles chez CPR AM

Baisse sensible du marché de l’or et des mines en septembre. Depuis le sommet historique établi à $2075.5/oz en août dernier, les cours de l’or ont abandonné ~$227/oz ($1848.8/oz) avant de terminer le mois à $1897.9/oz, en retrait de $74/oz (-3.75%). La saisonnalité du mois de septembre est rarement favorable à l’or (la pire en fait) avec une baisse moyenne de -2.05% observée ces dix dernières années et seulement trois périodes positives sur dix.

Même observation pour les mines ($ - NYSE Arca Gold Miners TR), en recul sensible de 7.23% en octobre, affichant un levier de performance par rapport à l’or de 1.93x, et dont la performance moyenne observée en septembre ces dix dernières années a été de -4.12% et également trois périodes seulement positives sur dix.

A fin septembre, et ce depuis le début de l’année, la performance du secteur aurifère demeure largement positive, avec une hausse de 34% ($) contre +24.6% ($) pour le métal jaune, offrant ainsi un levier de performance de ~1.4x par rapport à l’or. En dépit de la sensible consolidation observée, l’environnement demeure toujours très favorable à la thématique de l’or et des mines ! L’enlisement de la crise sanitaire et ses conséquences sur les perspectives économiques vont inciter les banques centrales à maintenir des politiques monétaires ultra-accommodantes, et ce, pendant longtemps. L’incertitude des investisseurs, exacerbée par des élections américaines qui s’annoncent houleuses, constitue un élément de soutien supplémentaire pour la thématique de l’or et des mines. Si la rupture de la zone $1900/1921/oz a donné une première indication négative, il n’y aura pas de remise en cause de la tendance haussière à moyen/long-terme tant que la zone $1790/1803/oz (sommets d’octobre 2012, février 2012 et novembre 2011) servira de soutien au marché. Passée cette période de consolidation, le prochain objectif, au-delà de $2075/oz (point haut du 7 août) demeure à $2125/2130/oz, extension (123.6%) de la hausse depuis le point bas de décembre 2015 ($1046/oz) jusqu’au précédent record de septembre 2011 ($1921/oz). Le passage de la zone $1900/1921/oz donnerait maintenant une première indication positive.

Nette détérioration du côté des marchés directeurs de l’or, avec d’abord le rebond du dollar de 1.9% en moyenne contre les principales devises (Dollar Index) en septembre, qui a pesé indéniablement sur le métal jaune. Même constat pour ce qui est des taux réels US à 10 ans, qui se sont tendus de 15pb en septembre, revenant à -0.95% contre -1.10% fin août. La principale raison étant le recul des perspectives inflationnistes souligné par la contraction des taux US Break-Even 10 ans de 17pb à 1.63% contre 1.8% fin septembre, alors que les taux US à 10 ans se sont effrités de 2pb à 0.68% contre 0.70% fin août.

Pour autant, l’engouement des investisseurs pour la relique barbare ne se dément pas si l’on se réfère à l’évolution des encours des ETFs adossés à l’or physique. Ainsi, l’équivalent de 54 tonnes supplémentaires ont été accumulées en septembre, soit 863 tonnes depuis le début de l’année. Un nouveau record d’encours a été établi le 21 septembre à 3451 tonnes.

Autres Métaux Précieux Recul sensible de l’argent après le rallye estival. Les cours de « l’or du pauvre » ont chuté de près de 16% ($) en septembre, soit un mouvement parfaitement symétrique à celui observé en août (~ +16%). Détérioration de facto du « Mint Ratio » (ratio Gold/Silver), qui après être revenu fin août sur sa moyenne des 10 et 30 dernières années, respectivement à 69.6x et 67.9x, a rebondi à 79.7x...

Marchés Financiers: