Japon et Covid-19 : une histoire de puissance de feu politique

-A +A

par Miyuki Kashima, Responsable de la division actions japonaises chez BNY Mellon Investment Management Japan

De tous les pays qui ont été confrontés à Covid-19, le Japon semble être sorti du lot. Avec un taux de mortalité relativement faible, un confinement volontaire réussi et les premiers signes d'un retour aux dépenses de consommation dans les rues, le Japon semble être en bonne voie pour mettre le pire de la crise derrière lui.

L'un des facteurs clés pour faciliter cette transition vers la normalité a été l'intervention à grande échelle de la Banque du Japon (BoJ) et du gouvernement du Premier ministre Shinzo Abe. Sur le front monétaire, la BoJ a déclaré qu'elle augmenterait ses avoirs existants en papier commercial et en obligations d'entreprises d'environ 5 000 milliards de yens à 20 000 milliards de yens. Dans le même temps, la banque centrale a abandonné son plafond de 80tn JPY sur les achats annuels d'obligations du gouvernement japonais.

Sur le plan fiscal, les mesures introduites ont été encore plus impressionnantes - notamment des prêts sans intérêt et des subventions aux entreprises pour maintenir leurs effectifs et éviter les licenciements, ainsi que des indemnités aux entreprises qui ont coopéré lors du confinement et qui ont subi une baisse de leurs ventes ou de leurs revenus en conséquence. Les particuliers ont également reçu ou sont sur le point de recevoir un versement de 100 000 yens qu'ils peuvent utiliser comme bon leur semble. Il ne s’agit pas d’un retour aux mesures de relance employées au Japon dans les années 1990 et au début des années 2000, qui elles étaient axées sur les infrastructures et les actifs physiques. L'impact de ce type de stimulus met trop de temps à se faire ressentir au sein de l'économie. Au lieu de cela, l'accent est mis sur le soutien financier direct aux entreprises et aux individus les plus touchés par le confinement.

La combinaison de l'intervention de la politique fiscale et monétaire rappelle les premiers jours des Abenomics. Il s’agit en réalité d’une version beaucoup plus percutante. Les sommes mises à disposition pour l'aspect fiscal de l'équation sont énormes : c'est un véritable stimulus sous stéroïdes. Néanmoins, dans ses efforts pour indemniser les entreprises, le gouvernement est confronté à un dilemme intéressant. Au début de la crise, les entreprises japonaises avaient gonflé leurs liquidités. C'est l'une des caractéristiques des entreprises japonaises depuis des années - et pendant des années, le gouvernement a essayé de trouver des solutions créatives pour encourager les entreprises à utiliser leurs liquidités pour augmenter les salaires ou investir. En accordant ces subventions en espèces, on peut se demander si une partie de ce travail ne risque pas d'être annulée.

Les gagnants et les perdants

Comment les investisseurs ont-ils réagi à la crise ? Certains secteurs ont-ils surperformé - et quels secteurs ont le plus souffert ?

Certains résultats inattendus méritent d’être évoqués ici. Les ventes de trampolines d'intérieur, par exemple, ont explosé, ce qui témoigne de l'absence de jardins ou d'espaces extérieurs importants dans la plupart des foyers. Le commerce en ligne a obtenu de bons résultats, et les sociétés qui ont contribué au télétravail (notamment la sécurité sur Internet), ainsi que les pharmacies et les produits pharmaceutiques.

À l'inverse, les titres liés aux voyages et les entreprises de vente au détail incapables de s'adapter en ligne ont été les victimes évidentes. Certains investisseurs ont commencé à se détourner des titres qui ont bien résisté à la crise en faveur des entreprises qui ont été délaissées et survendues, et qui devraient maintenant rebondir. Certains titres ont baissé d'un tiers de leur valeur. Ces entreprises ne reviendront surement pas à leurs niveaux en 2019 - nous n'excluons pas la possibilité d'une seconde vague d'infection, mais nous pensons que ces entreprises devraient redémarrer - en particulier avec les énormes mesures de relance gouvernementales disponibles en ce moment et la demande latente que nous constatons.

Marchés Financiers: