Politiques

-A +A

Des politiques de l’offre pour l’après Covid-19

par William De Vijlder, Group Chief Economist chez BNP Paribas

Jusqu’à présent, et on peut le comprendre, les conséquences économiques de la pandémie de Covid-19 ont été principalement envisagées à court terme. Tout d’abord, il y a eu en mars et avril le déclin considérable de l’activité lié au confinement. Puis, avec la levée progressive des restrictions en mai et juin, l’activité a rebondi. À partir de juillet, la reprise s’est essoufflée, les règles de distanciation étant maintenues, le virus circulant toujours et, plus récemment, en raison du renforcement des restrictions dans de nombreux pays pour stopper la hausse exponentielle des nouvelles infections.

Politiques: 

La trajectoire du dollar suspendue à l’élection américaine

par Benjamin Dubois, Responsable Overlay chez Edmond de Rothschild Asset Management

La panique financière liée à la crise de la COVID-19, et la mise à l’arrêt de l’économie mondiale, ont été maîtrisées par des plans budgétaires, ainsi que par l’action des banques centrales sur le plan monétaire. Après avoir vu le dollar s’apprécier fortement au cœur de la crise, porté par les craintes d’un « shortage » de dollar (traduit littéralement par pénurie), le billet vert se trouve à présent dans une configuration fortement baissière : l’indice DXY en baisse de 9% depuis les sommets, et de 3% depuis le début d’année[1]. Plusieurs raisons expliquent ce désamour actuel des investisseurs envers la devise qui a été la plus recherchée depuis la fin de la crise de la dette européenne (2011-2012).

Politiques: 

Investir dans l’éducation, plus nécessaire que jamais

par Juliette Cohen et Bastien Drut, Stratégistes chez CPR AM

L’éducation a été l’un des premiers domaines touchés par la crise de la Covid, avec les fermetures d’école pour empêcher la propagation de l’épidémie. Par ailleurs, il est manifeste que cette crise a touché de façon disproportionnée les personnes les moins diplômées. Dans ce contexte, il apparaît encore plus urgent que d’ordinaire d’investir massivement dans l’éducation.

Politiques: 

Élection présidentielle américaine : tous les regards tournés vers le 3 novembre

par Anne-Laure Frischlander-Jacobson, Directrice Générale de BNY Mellon Investment Management en France

Alors que l’élection présidentielle américaine approche à grands pas, nous tentons d’évaluer ses potentielles répercussions sur les marchés. L’élection présidentielle de novembre est inhabituelle à bien des égards. Citons notamment son déroulement presque entièrement virtuel, pandémie oblige. Elle constitue également un moment décisif pour le pays après une longue période de controverses politiques.

Dans l'état actuel des choses, le démocrate Joe Biden ne devrait selon nous effectuer qu’un seul mandat s'il sort victorieux, mandat susceptible d'être vu par certains comme une transition vers un parti démocrate potentiellement plus radical dans quatre ans.

Politiques: 

Dette publique : une problématique nouvelle

par Philippe Waechter, Chef économiste chez Ostrum AM

La dette publique serait au plus haut en 2021, plus élevée qu’à l’issue de la seconde guerre mondiale. La croissance ne permettra pas de réduire le ratio dette publique sur PIB obligeant les banques centrales à rester très actives, conditionnant leur action à la politique budgétaire qui sera menée. L’indépendance des banques centrales est passée.

Politiques: 

France : le rattrapage industriel reste très incomplet

par Julien Manceaux et Charlotte de Montpellier, Economistes chez ING

La production industrielle a progressé en août, mais le rythme se ralentit et semble uniquement porté par la demande des consommateurs (biens durables, énergie, construction) alors que les investissements des entreprises limitent la demande pour des pans entiers de l'industrie manufacturière. Le rattrapage devrait se poursuivre, mais à un rythme plus lent, et il pourrait s'interrompre au 4ème trimestre, qui s'annonce tendu du côté épidémique.

Politiques: 

Quels seront les grands gagnants du résultat des élections américaines ?

par Maria Municchi, Gérante équipe multi-asset, et Randeep Somel, Gérant actions chez M&G Investments

Quel impact le prochain président américain aura-t-il sur le débat autour du changement climatique et quelles industries en bénéficieront ? Maria Municchi et Randeep Somel, gérants chez M&G Investments analysent les divergences entre les deux candidats à la présidence, Donald Trump et Joe Biden.

Politiques: 

Trump vs Biden

par Tomas Hildebrandt, Gérant Senior en charge de la gestion institutionnelle d’actifs français chez Evli

La dernière ligne droite avant les élections présidentielles du 3 novembre est lancée aux États-Unis. Le 29 septembre, le Président sortant Donald Trump et son adversaire Joe Biden se sont affrontés lors du premier débat électoral. Ce débat n'a pas apporté de nouvelles informations quant à leur politique économique respective et il n'a pas été considéré comme ayant amélioré les chances de Trump. Le 1er octobre, Trump était testé positif au Covid-19.

Les analystes politiques craignent qu'il faille beaucoup de temps pour attester du résultat de l'élection et que cela puisse conduire à des troubles et au chaos politique. Toute cette incertitude a cependant des chances de se dissiper et les marchés espèrent que les choses reviendront à la normale le moment venu.

Politiques: 

Les entreprises vont-elles profiter de l’amélioration de leur trésorerie pour investir ?

par William De Vijlder, Group Chief Economist chez BNP Paribas

S’agissant de l’évaluation des perspectives pour 2021, l’une des principales questions qui se posent est celle du comportement d’investissement des entreprises. Compte tenu du rythme, en général, assez régulier de la croissance de la consommation privée en phase de reprise, le dynamisme de la formation brute de capital fixe, ou l’absence d’un tel dynamisme, fera la différence entre une reprise soutenue ou atone.

Politiques: 

BCE : le passé n'est pas que le passé, il est aussi le futur

par Paola Monperrus-Veroni, Economiste au Crédit Agricole

C'était inévitable. La Réserve fédérale a ouvert la voie. La BCE avec son antécédent de cible d'inflation manqué ne pouvait que suivre.

Politiques: 

Pages

Flux RSS