Mondialisation

-A +A

Le retour en force des risques géopolitiques nourrit l’incertitude sur les marchés

par Laurent Gonon, Directeur des gestions et Mabrouk Chetouane, Directeur de la recherche et de la stratégie chez BFT Investments Managers

Après un début d’année marqué par une relative accalmie sur les marchés financiers, la donne a radicalement changé du fait du regain de tensions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine. Ce changement de régime nourrit la volatilité et l’incertitude sur la croissance économique mondiale. Ce contexte impose donc de réduire son exposition aux actifs risqués.

Mondialisation: 

Un jeu dangereux

par Emmanuel Auboyneau, Gérant Associé, Xavier d’Ornellas, Gérant Associé chez Amplégest, avec la participation de Jean-Michel Mourette, Economiste (Eureka Finance)

Les tensions récentes font renaître le spectre d’une guerre commerciale néfaste pour l’économie mondiale. Depuis quelques semaines la crainte d’une guerre commerciale a resurgi avec la décision du président Trump de taper du poing sur la table et d’augmenter les droits de douane de 10% à 25% sur 200 milliards de dollars de produits chinois. La surprise a été d’autant plus forte que l’on pensait un accord imminent entre les deux grandes puissances.

Mondialisation: 

Inde : des élections législatives les plus vastes au monde

par Wontae Kim, Research Analyst chez Western Asset, une filiale de Legg Mason

Les élections législatives indiennes, officiellement lancées le 11 avril dernier, se déroulent sur six semaines en sept tours de scrutins. Les résultats sont attendus pour le 23 mai. Les 543 membres du Parlement (MP) seront élus selon un scrutin uninominal majoritaire à un tour par circonscriptions. Le Premier ministre indien sera désigné par le parti détenant une majorité simple de membres du parlement (plus de 271 sièges), ou par une coalition représentant une majorité dans la chambre basse du Parlement, appelée Lok Sabha.

Mondialisation: 

Les actions indiennes et les plus grandes élections au monde

par Tim Love, Investment Director, Responsable des stratégies actions sur les marchés émergents chez GAM Investments

Du 11 avril au 19 mai, quelque 900 millions d’Indiens vont voter à travers 29 Etats, dans la plus grande démocratie du monde;

Les deux partis, le BJP et le parti du Congrès, ont traité des thèmes similaires dans leurs programmes, mais ils proposent des méthodes différentes pour atteindre leurs objectifs;

Une sélection rigoureuse des titres pourra s’avérer essentielle afin de tirer profit du marché indien étant donné que le paysage commercial du pays devrait évoluer rapidement après l’annonce des résultats de l’élection.

Mondialisation: 

Elections indiennes : une seconde chance pour Modi ?

par Aaron Armstrong, Gérant de portefeuille chez Aviva Investors

Le premier ministre indien Narendra Modi est confronté à des problèmes urgents d’ordre économique, social et politique dans le cadre des élections qui ont lieu depuis le 11 avril et s’étendent jusqu’au 19 mai 2019. De retour d’un voyage de recherche sur les investissements à Mumbai (Bombay), Aaron Armstrong, Gérant de Portefeuille, analyse les principales conséquences pour les investisseurs.

Mondialisation: 

Un rebond inattendu

par Emmanuel Auboyneau, Gérant Privé, Associé, et Xavier d’Ornellas, Gérant Fonds Flexibles et Dédiés, Associé chez Amplégest

Les dernières statistiques économiques confirment les perspectives de redémarrage après le trou d’air récent. En Chine, la décélération de la croissance est arrivée sur un palier et certains indicateurs montrent désormais une inversion de tendance. On remarque notamment une remontée significative de la confiance du consommateur. Depuis plusieurs mois, les autorités sont à la manoeuvre pour favoriser un atterrissage en douceur de l’économie. Des mesures fiscales et budgétaires ont permis à la croissance de résister dans un contexte de guerre commerciale particulièrement risqué. Un accord avec les Etats-Unis permettrait à la Chine de repartir plus franchement et de rester un contributeur important à l’activité mondiale.

Mondialisation: 

VARPS : le temps de la réflexion

par Tim Love, Investment Director, Responsable des stratégies actions sur les marchés émergents chez GAM Investments

Les marchés frontières peuvent offrir des opportunités de croissance plus attrayantes au début du cycle de développement que l’ensemble de l’univers des marchés émergents ;

Au cours des dernières années, le Vietnam, l’Argentine, la Roumanie, le Pakistan et l’Arabie saoudite (zone VARPS) ont fourni de formidables opportunités d’investissement ;

Nous présentons nos dernières perspectives de la région VARPS, tout en recommandant de surveiller ces marchés de près.

Mondialisation: 

Accord commercial américano-chinois : trop beau pour être vrai ?

par Sébastien Galy, Senior Macro Strategist chez Nordea Asset Management

L'accord commercial entre la Chine et les États-Unis devrait être conclu vers le mois de mai ou juin et il sera normal de s’en réjouir, mais il est peu probable que cet accord soit durable car les objectifs des deux pays sont trop divergents. Cet accord sera intégré dans les cours de bourse avant même sa signature, mais il est à craindre que des doutes surgissent ensuite quant à son éventuelle remise en cause un ou deux ans après son entrée en vigueur. Ce risque incite à se concentrer sur les titres défensifs pour protéger les portefeuilles.

Concurrents stratégiques : États-Unis et Chine

Bien que les États-Unis et la Chine se dirigent vers un accord commercial, il est peu probable que cet accord perdure longtemps car aucune des deux parties ne s'accorde sur la place de l’autre sur l’échiquier mondial, chacune se considérant comme dominante.

Mondialisation: 

La Turquie en proie à la volatilité de marché

par Paul McNamara, Investment Director, Stratégie obligations émergentes chez GAM Investments

En mars, la monnaie turque a fait face à une volatilité extrême, avec de forts pics des taux de la livre offshore. La Turquie doit de toute urgence s’orienter vers une politique économique plus orthodoxe pour parvenir à stabiliser son système financier. Il présente également les autres opportunités d’investissement offertes par la dette des marchés émergents.

2018 aura été une année particulièrement éprouvante pour la Turquie. L’énorme déficit extérieur a entraîné une chute libre de la livre, provoquant une envolée du coût de la dette étrangère des entreprises et banques. Il s’en est suivi un effondrement de la croissance du crédit, un éclatement de la bulle du marché de la construction et une profonde récession.

Mondialisation: 

Un choc persistant sur l’économie mondiale

par Philippe Waechter, Directeur de la recherche économique chez Ostrum AM

Depuis l’automne, les inquiétudes et les incertitudes sur l’activité globale s’intensifient. Le repli rapide du commerce mondial traduit ce changement d’allure. De 4% de progression annuel en septembre 2018, son profil est désormais négatif avec, en janvier, une contraction de -0.4%. C’est ce renversement qui a provoqué les inquiétudes de l’OCDE et de la BCE les amenant à fortement réviser à la baisse leurs prévisions de croissance notamment en zone Euro.

Au cœur de la question conjoncturelle est celle du caractère permanent, persistant de ce choc. Sur ce point, il y a deux arguments qui sont liés et un troisième.

Mondialisation: 

Pages

Flux RSS