Mondialisation

-A +A

Les VARPS restent intéressants

par Tim Love, Investment Director, Responsable des stratégies actions sur les marchés émergents chez GAM Investments

Les marchés frontières sont généralement moins matures que les marchés émergents en raison des risques politiques qui y sont associés et de leur incapacité à respecter les règles qui leur permettraient de figurer dans l’indice MSCI EM. Cette situation est notamment due au manque de transparence entourant les valeurs de l’entreprise, à un relatif contrôle des capitaux dans certains marchés et à la non-fongibilité de la monnaie, ainsi qu’à des restrictions arbitraires concernant le flottant des entreprises cotées et le niveau des participations étrangères. Les investisseurs peuvent ainsi obtenir des rendements importants, mais aussi subir des pertes importantes en raison du peu d’informations disponibles, du manque de liquidité et de la difficulté à sortir de certains de ces marchés.

Mondialisation: 

L’économie sud-africaine sous pression

par Sabrina Khanniche, Senior Economist chez Pictet AM

Une éventuelle dégradation de la note de Moody’s pourrait aggraver les difficultés économiques de l’Afrique du Sud. Comme le laisse entendre l’historique des relations entre notre score propriétaire de durabilité de la dette publique1 et l’évolution des notations de l’agence (voir la Fig.1 ci-dessous), il est possible que Moody’s fasse sortir l’Afrique du Sud de la catégorie investment grade le 1er novembre.

Fig.1 - Score de durabilité de la dette publique de Pictet Asset Management1 et notation de Moody’s (2018)

Source : Pictet Asset Management, CEIC, Refinitiv, Bloomberg, septembre 2019.

Mondialisation: 

« L’espérance est un risque à courir »

par Emmanuel Auboyneau, Gérant Privé, Associé, et Xavier d'Ornellas, Gérant Fonds flexibles et dédiés, Associé chez Amplégest

Aujourd’hui la guerre commerciale s’inscrit dans un scénario consensuel de décroissance de l’économie mondiale. Les tensions protectionnistes s’installent dans la durée et font partie intégrante des prévisions macroéconomiques pour les deux prochaines années. Un statu quo pendant des mois influerait notablement sur les échanges commerciaux, contribuant à ralentir des pans entiers de l’économie, à commencer par les secteurs industriels. Dans cette guerre larvée certains pays sont plus impactés que d’autres. L’Allemagne et le Japon, très industriels, sont en première ligne et voient leur économie souffrir de manière plus importante que des pays davantage dépendants des services (Etats-Unis, France…).

Mondialisation: 

Le secteur manufacturier global est fortement contraint

par Philippe Waechter, Chef économiste chez Ostrum AM

La réduction des nouvelles commandes à l’exportation est le phénomène conjoncturel marquant des derniers mois. On ne peut pas exclure que les mesures visant à contraindre les échanges internationaux aient eu un effet négatif sur ces échanges et sur la croissance.

Dans l’enquête mensuelle Markit sur le secteur manufacturier, l’indice des nouvelles commandes pour les pays développés s’est inscrit à 47.4. Les flux de commandes se contractent continuement depuis le mois de janvier. Dans ces conditions, il n’est pas étonnant que l’allure de la production manufacturière soit aussi dégradée dans la plupart des pays. En août, elle se contracte aux USA sur un an.

Dans les pays émergents, l’indice des flux de nouvelles commandes reflète une contraction à 48.7. Depuis le début de l’année, l’indice moyen est à 49.7.

Mondialisation: 

Escalade de la guerre commerciale et incidences sur le commerce mondial et la croissance économique

par Alessia Berardi, Responsable adjoint de la Recherche Macroéconomique chez Amundi

Les tensions commerciales se sont intensifiées au cours de l’été. Depuis le 1er septembre, l’administration américaine a imposé de nouvelles surtaxes douanières de 15 % sur une première tranche (d’environ 125 milliards de dollars) des importations restantes en provenance de Chine et, simultanément, la Chine a riposté avec une hausse de 5 % à 10 % des surtaxes sur les biens figurant sur sa liste cible, précisant seulement le nombre de produits, à savoir 1 717, mais pas leur valeur. En outre, des auditions publiques ont commencé aux États-Unis (qui se termineront le 20 septembre) pour porter le taux de 25 % des taxes douanières déjà en place à 30 %. Cette nouvelle augmentation devrait entrer en vigueur au début du mois d’octobre.

Mondialisation: 

La forte incertitude pèse sur la croissance, au mépris des baisses de taux

par William de Vijlder, Chef économiste de BNP Paribas

Le ralentissement de l’industrie manufacturière mondiale a fini par toucher les Etats-Unis. Le dernier rapport de l’Institute for Supply Management sur le secteur n’incite pas à l’optimisme. L’indice global s’est replié de 2,1 points de pourcentage à 49,1, avec un recul encore plus marqué pour la composante « nouvelles commandes » et l’indice de l’emploi.

Mondialisation: 

Malgré la politique, la croissance résiste

par Emmanuel Auboyneau et Xavier d’Ornellas, Gérants associés chez Amplegest, avec la participation de Jean-Michel Mourette, Economiste (Eureka Finance)

L’idée générale d’un fort ralentissement de l’économie mondiale fait son chemin depuis plusieurs mois. Les tenants de cette thèse se basent essentiellement sur la décélération industrielle dans le monde. L’incertitude autour du conflit commercial entre les Etats-Unis et la Chine, avec le risque qu’il s’étende à l’Europe, est incontestablement un facteur négatif pour la croissance mondiale. D’autres foyers de tensions politiques, comme le Brexit et l’Iran, accentuent cette impression de risque général pour l’économie.

Mondialisation: 

Petit tour d’horizon sur la conjoncture chinoise à la fin de l’été 2019

par Laetitia Baldeschi, Responsable des études et de la stratégie chez CPR AM

Les données mensuelles publiées depuis le début du 2èmetrimestre sont assez mitigées et ne montrent pas de signes d’amélioration tangible de la dynamique de croissance en Chine. La publication du PIB pour le 2ème trimestre est venue confirmer ce sentiment. Le ralentissement à l’œuvre depuis le début de la décennie se poursuit, sans accélération toutefois. Et c’est peut-être en soi un élément rassurant. Cette décennie est en effet celle du changement de régime de croissance pour la Chine, visant au développement de la demande intérieure ; c’est l’ère d’une croissance plus « qualitative, inclusive et innovatrice ». Mesurer l’ampleur du ralentissement est d’autant plus difficile que la plupart des indicateurs disponibles restent centrés sur l’ancien régime de croissance chinois.

Mondialisation: 

La situation économique mérite-t-elle le remède préconisé par le Docteur Trump ?

par Jean-Jacques Friedman, Chief Investment Officer chez Natixis Wealth Management

Ce mois d’août a été riche d’enseignements, avec des marchés financiers qui ont reflué après avoir atteint leur point haut de l’année à fin juillet, sans que l’économie réelle ne connaisse de nouvelle dégradation. Retour sur ce drôle d’été.

Pour les investisseurs qui se reconnectent à leurs écrans en cette rentrée, les occasions d’avoir le blues seraient trop nombreuses pour en dresser la liste exhaustive : poursuite de la guerre commerciale entre les deux principales puissances économiques et politiques, inquiétude autour de l’Italie, activité industrielle en Allemagne toujours aussi médiocre, probabilité d’un Brexit sans accord…

Mondialisation: 

Le commerce mondial en contraction en juin

par Benoit Peloille, Stratégiste chez VEGA IM

A fin juin, le commerce mondial affiche une contraction de 1.4% par rapport au mois précédent d’après les données de CPB World Trade Monitor après une hausse de 0.6% en mai.

En tendance, sur les 3 derniers mois, le commerce mondial recule de 0.7% sur le second trimestre 2019, après un repli de 0.3% au T1.

La contraction du commerce mondial s’affiche en repli de 1.4% en annuel, soit la contraction la plus forte depuis 2009.

La production mondiale recule également en juin (-0.5%), soit une croissance quasi nulle en annuel (+0.6%).

Le commerce mondial en berne, la production fait du surplace

Mondialisation: 

Pages

Flux RSS