Marchés Financiers

-A +A

Economie US : Les aspects structurels, croissance monotone mais sociétés en pleine forme financière

par Thomas Costerg, Economiste sénior US chez Pictet Wealth Management

L’économie américaine a connu une croissance relativement monotone depuis la crise financière, particulièrement comparée aux cycles précédents. Néanmoins, les firmes américaines montrent une forte profitabilité. L’accumulation de cash a été d’autant plus impressionnante quand juxtaposée à la faiblesse de cette croissance. Cela est partiellement dû à l’innovation technologique sous-jacente, ainsi qu’à la structure oligopolistique de l’économie. Ce paradoxe est aussi une source de la montée du populisme, à la fois de droite et de gauche.

Marchés Financiers: 

BCE : Dovish mais pas trop

par John Plassard, Consultant Cambridge Securities pour Mirabaud Securities

La Banque Centrale Européenne (BCE) se réunissait le 6 juin deux mois après avoir annoncé le report de sahausse des taux d’intérêt au-delà de 2019 et le lancement de nouveaux TLROs en septembre. Si aucune nouvelle annonce n’était à attendre, plusieurs questions cruciales subsistaient. Passage en revue.

Les faits

La Banque centrale européenne a maintenu ses taux directeurs au plus bas et n'y touchera pas avant la fin du premier semestre 2020, une échéance repoussée de six mois par rapport à sa dernière réunion d'avril (alors qu'elle parlait jusqu'en mars de l'été 2019, puis de la fin 2019). Le principal taux de refinancement a été maintenu à zéro tandis que les banques vont continuer à payer auprès de la BCE un intérêt négatif de 0,40% pour les liquidités dont elles n'ont pas l'utilité immédiate.

Marchés Financiers: 

Comment la recherche de rendement prend le virage écologique ?

par David Zahn, CFA, FRM, Head of European Fixed Income, Senior Vice President, Franklin Templeton Fixed Income Group

Les investisseurs s’intéressent à un éventail croissant de méthodes pour tenter tant bien que mal de trouver du rendement dans cet environnement de taux résolument bas. Les fonds à échéance (dits « buy and hold »), se sont révélés populaires auprès de certains investisseurs. Alors que les considérations environnementales, sociales et de gouvernance (ESG) figurent parmi les priorités, les investisseurs ne devraient pas avoir à sacrifier leur crédibilité environnementale dans leur quête de rendement.

Marchés Financiers: 

Degrés d’indépendance : la relation entre la dette émergente et le dollar en revue

par Liam Spillane, Directeur de la gestion Dette Emergente, gérant de portefeuille, dette émergente en devises locales chez Aviva Investors

Les anciennes hypothèses sur le lien entre la dette émergente et le billet vert sont remises en question. Pour les investisseurs, il peut s’avérer tentant de se fier aux relations solidement établies sur les marchés. Au cours de ces dix dernières années, par exemple, les rebonds du marché étaient souvent proportionnels aux relances de la banque centrale, tandis que les signaux de vente se déclenchaient lorsque les inquiétudes étaient élevées quant au caractère moins accommodant de l’environnement politique.

Marchés Financiers: 

Elections européennes, conflit sino-américain : quels impacts sur les marchés actions du Vieux Continent ?

par Sébastien Galy, Stratégiste Macro Senior chez Nordea Asset Management

Les marchés actions du Vieux Continent seront influencés autant par les conséquences des résultats électoraux que par l’amélioration de la conjoncture européenne et l'évolution de la guerre commerciale sino-américaine.

A l’issue des élections européennes, les forces centre-gauche et centre-droite sont désormais contraintes de tendre la main aux Libéraux et aux Verts (ce deuxième cas de figure étant moins vraisemblable). Les résultats ne changent pas fondamentalement la donne pour le choix du futur Gouverneur de la BCE qui devrait être Erkki Liikanen, quelque peu “hawkish”.

La conjoncture économique européenne s’améliore ce qui devrait profiter à la croissance des bénéfices des entreprises. Les conditions actuelles, entre BCE accommodante, faible inflation et reprise de la croissance demeurent favorables aux marchés actions européens.

Marchés Financiers: 

Sauf dérapage, l’optimisme prévaut

par César Pérez Ruiz, Responsable des investissements et CIO chez Pictet Wealth Management

Les marchés ont enregistré une reprise rapide qui les a portés vers de nouveaux sommets. Il leur a fallu 14 semaines pour passer du sommet à l’abîme l’année dernière, et 17 semaines pour faire le trajet inverse depuis janvier. Le marché haussier qui a débuté il y a 10 ans poursuit ainsi sur sa lancée, soutenu principalement par la politique des banques centrales, et notamment par le virage accommodant récemment initié par la Fed. Les titres de qualité et de croissance surperforment depuis le début de l’année et nous privilégions toujours les sociétés possédant un pouvoir de fixation des prix. Pour la suite, nous resterons attentifs à trois éléments:

Marchés Financiers: 

Un tweet, et tout change...

par Jean-Marie Mercadal, Directeur Général Délégué en charge des gestions chez OFI AM

Les investisseurs avaient été rassurés par le revirement en janvier de la Réserve fédérale, sur fond d’amélioration de la situation macroéconomique... Il fallait un catalyseur pour que les marchés corrigent enfin, après plusieurs mois de hausse quasi ininterrompue, et sans volatilité. Un tweet de Donald Trump a fait bouger les lignes : la perspective d’une « guerre commerciale » dure ravive en effet les craintes de ralentissement. Début de retournement majeur ou simple consolidation ?

Marchés Financiers: 

Donald Trump donne le signal de la consolidation des marchés

par Jean-Jacques Friedman, Chief Investment Officer chez Natixis Wealth Management

La récente correction des marchés n’est ni surprenante, ni excessive, dans un contexte de relance du conflit commercial entre les États-Unis et la Chine. Toutefois, la consolidation ne devrait pas annuler toute la hausse du début d’année, compte tenu de l’autre facteur déterminant, à savoir le revirement des banques centrales sur la conduite de leur politique monétaire, et, dans une moindre mesure, des statistiques macro-économiques résilientes. Étant donné notre sous exposition tactique depuis plusieurs semaines, cette baisse sera une opportunité pour revenir prochainement à notre allocation stratégique neutre sur les actions.

Marchés Financiers: 

Encore du potentiel, mais pas beaucoup

par Pascal Blanqué, CIO Groupe, et Vincent Mortier, CIO Adjoint Groupe chez Amundi

Les marchés boursiers sont restés dynamiques ces dernières semaines, le S&P 500 se rapprochant de son plus haut historique, tandis que les actions européennes (STOXX 600) renouaient presque avec leur pic de l’an dernier et que les marchés émergents enregistraient également de très fortes performances. Les espoirs renouvelés d’un accord commercial entre la Chine et les États-Unis ont alimenté la dernière partie de la phase de hausse, après l’impulsion initiale qui avait été donnée par les revirements accommodants des banques centrales. Les marchés du crédit ont également largement bénéficié du sentiment positif, les spreads se resserrant considérablement en Europe et se stabilisant à des niveaux élevés aux États-Unis au cours des dernières semaines.

Marchés Financiers: 

Actions européennes : quels impacts en cas de guerre tarifaire avec les États-Unis ?

par Ibra Wane, Stratégie Actions chez Amundi

Alors que la menace d’un affrontement tarifaire sino-américain à grande échelle semble s’apaiser, les États- Unis pourraient désormais reporter leur attention sur leurs déficits commerciaux avec l’Union européenne. Notre objectif est dès lors d’aider à distinguer qui parmi les actions européennes, que ce soit en termes de pays, de secteurs ou d’entreprises, serait le plus touché en cas de bras de fer. Après un examen détaillé des indices, il ressort que la part des ventes du MSCI Europe à destination des États-Unis s’élève à 20 % contre 14 % en sens inverse.

Marchés Financiers: 

Pages

Flux RSS