Marchés Financiers

-A +A

Les investisseurs en obligations municipales évaluent les perspectives de l'élection américaine

par Jeffrey Burger, Gérant de portefeuille senior chez Mellon

Durant cette année dominée par l'actualité Covid-19, les investisseurs et les émetteurs d'obligations municipales n'ont pas été épargnés par les montagnes russes traversées par le marché dans le sillage de la pandémie. L'impact des mesures de confinement, les périodes de liquidité restreinte et la hausse du chômage font partie des facteurs qui ont affecté ce secteur du marché.

Au cours des seuls mois de mai et de juin, pas moins de 20 emprunteurs ont fait défaut sur leurs obligations municipales, en raison des tensions grandissantes provoquées par la réaction des États américains à la pandémie.1

Pour autant, le secteur a présenté depuis d'importants signaux de reprise, et les marchés des obligations municipales continuent de résister dans une large mesure, malgré les pressions subies par certains émetteurs au plus fort de la pandémie.

Marchés Financiers: 

Elections américaines : comment vont réagir les marchés ?

par Hervé Guez, Directeur des gestions actions, taux et solidaire chez Mirova

L’élection présidentielle américaine est imminente. Elle constitue, avec l’approbation d’un potentiel vaccin et l’adoption d’un nouveau plan de relance budgétaire aux Etats-Unis, l’évènement majeur de cette fin d’année, duquel devrait découler le comportement d’un certain nombre d’actifs à court-moyen terme. D’ailleurs, aucun plan de relance ne sera adopté avant l’issue des élections : c’est ce qu’a décidé Donald Trump, de retour à la Maison-Blanche après son hospitalisation éclair début octobre.

Synthétiquement, Trump a promis davantage de réductions d’impôts, une politique favorisant les entreprises qui relocaliseraient aux Etats-Unis, une réduction générale des réglementations. Il a aussi laissé entrevoir la perspective de tarifs supplémentaires contre la Chine.

Marchés Financiers: 

L’Europe émergente peut-elle combler son écart de performance ?

par Rollo Roscow, Gérant marchés émergents chez Schroders

Les actions européennes émergentes sont bon marché. Pourquoi sous-performent-elles alors les actions internationales ? Le monde entier attend un vaccin contre la Covid-19. Les marchés financiers se veulent optimistes quant à la découverte prochaine d’un vaccin et au maintien de la reprise économique.

Les investisseurs en Europe émergente espèrent désormais une certaine forme de normalisation. Depuis le début de l'année, les actions européennes émergentes sont en baisse de près de 30 % en dollars US, comme le montre l’indice MSCI Emerging Markets Europe en date du 29 septembre.

Alors que les marchés développés, mais aussi les marchés émergents de Chine, de Taïwan et de Corée du Sud en Asie du Nord, sont repartis à la hausse et ont largement récupéré leurs pertes liées à la Covid-19, les marchés émergents européens continuent à piétiner.

Marchés Financiers: 

Covid-19 : Les « anges déchus » gardent bonne figure dans le High Yield

par Stephan Mazel et Guillaume Lacroix, Responsable Gestion Crédit et Gérant High Yield chez Groupama AM

Depuis le début de la crise sanitaire, de nombreux titres obligataires de catégorie « investment grade » ont été rétrogradés en « high yield » par les agences de notation. Pour autant, les perspectives ne sont pas aussi sombres qu’attendu pour ces « anges déchus ».

Depuis le mois de janvier, ce sont 47 milliards d’euros de dettes « investment grade » qui sont passés en catégorie « high yield », uniquement sur le segment des titres libellés en euros*. 21 émetteurs sont concernés, parmi lesquels on retrouve sans surprise des entreprises du secteur aérien (Lufthansa), de l’automobile (Renault, Ford, Valeo), ou encore de la sidérurgie (ArcelorMittal)*.

Marchés Financiers: 

Trump ou Biden, les infrastructures gagnantes dans les deux cas

par Alex Araujo, Gérant actions chez M&G Investments

Quelle que soit l'issue des élections américaines de 2020, des infrastructures vieillissantes et des énergies renouvelables bon marché devraient encourager l'investissement à long terme dans cette classe d'actifs

Les hommes politiques le savent bien, investir dans les services publics est une mesure très populaire, en particulier au cours d’une année électorale. Et une politique budgétaire est particulièrement importante cette année étant donnée la précarité de l'économie mondiale depuis le début de la pandémie de COVID-19.

Si l'augmentation des dépenses d'infrastructure a été centrale dans les plans de relance budgétaire en Europe, en Chine et au Japon, celle-ci a fait cruellement défaut aux États-Unis, paradoxalement le pays qui en a probablement le plus besoin.

Marchés Financiers: 

« The Walking Dead » : un risque aggravé par la pandémie de Covid-19 ?

par Aude Lerivrain, Responsable de l'Analyse et de la Stratégie Crédit chez CPR AM

Le terme « zombie » a été utilisé la première fois pour décrire la situation de nombreuses sociétés japonaises après l’éclatement de la bulle immobilière et boursière au début des années 90 et la période de stagnation macro-économique qui a suivi. Un article des économistes Ricardo J. Caballero, Takeo Hoshi et Anil K. Kashyap publié en 2008 « Zombie lending and depressed restructuring in Japan » a particulièrement mis en lumière ce phénomène.

Marchés Financiers: 

Or et mines : entre deux eaux…

par Arnaud du Plessis, Gérant actions thématiques spécialisé sur l’or et les ressources naturelles chez CPR AM

Baisse sensible du marché de l’or et des mines en septembre. Depuis le sommet historique établi à $2075.5/oz en août dernier, les cours de l’or ont abandonné ~$227/oz ($1848.8/oz) avant de terminer le mois à $1897.9/oz, en retrait de $74/oz (-3.75%). La saisonnalité du mois de septembre est rarement favorable à l’or (la pire en fait) avec une baisse moyenne de -2.05% observée ces dix dernières années et seulement trois périodes positives sur dix.

Même observation pour les mines ($ - NYSE Arca Gold Miners TR), en recul sensible de 7.23% en octobre, affichant un levier de performance par rapport à l’or de 1.93x, et dont la performance moyenne observée en septembre ces dix dernières années a été de -4.12% et également trois périodes seulement positives sur dix.

Marchés Financiers: 

La crise transforme le marché du high yield

par David Diwan, CFA, Gérant de portefeuille senior chez Edmond de Rothschild

Si le taux de défaut des entreprises reste relativement faible, notamment en Europe, une nouvelle dégradation du contexte économique et sanitaire pourrait engendrer un déclassement massif des émetteurs en « high yield ». Une situation qui présente des risques mais aussi des opportunités.

Gérant obligataire de renom, Jeffrey Gundlach a récemment prévenu qu’il était possible que le taux de défaut des titres à haut rendement soit multiplié par deux. Une prévision alarmiste alors même que les pouvoirs publics lancent des programmes d’aide colossaux et que les banques centrales prennent des mesures d’urgence pour aider les entreprises malmenées par le ralentissement économique provoqué par le coronavirus.

Marchés Financiers: 

Regain d’incertitude... Mais pas de panique !

par Jean-Marie Mercadal, Directeur Général Délégué en charge des gestions chez OFI AM

En cette période de rentrée, la confiance globale des investisseurs s’érode : la reprise économique en cours est « challengée » par le retour de l’épidémie de la Covid-19 et, aux États-Unis, le contexte électoral est très tendu, ce qui réduit très fortement l’espoir de voir un plan de relance adopté rapidement. Après un été plutôt calme et positif, les marchés renouent ainsi avec une phase plus volatile. Mais pas de panique, les espoirs de vaccin se ravivent et surtout, les Banques centrales sont là !

Marchés Financiers: 

Remise à niveau des attentes sans remise en cause de la reprise mondiale

par François-Xavier Chauchat, Membre du Comité d’Investissement, responsable du cadrage macroéconomique et de l’allocation d’actifs chez Dorval AM

Les dégagements sur le Nasdaq, la nette reprise des cas de Covid-19 en Europe et les atermoiements sur le budget américain ont cueilli les investisseurs à froid. Les sources d’incertitudes ne manquent pas, mais les arguments qui étayent une vision constructive des marchés des actions demeurent assez solides.

Marchés Financiers: 

Pages

Flux RSS