-A +A

Economie US : Les aspects structurels, croissance monotone mais sociétés en pleine forme financière

par Thomas Costerg, Economiste sénior US chez Pictet Wealth Management

L’économie américaine a connu une croissance relativement monotone depuis la crise financière, particulièrement comparée aux cycles précédents. Néanmoins, les firmes américaines montrent une forte profitabilité. L’accumulation de cash a été d’autant plus impressionnante quand juxtaposée à la faiblesse de cette croissance. Cela est partiellement dû à l’innovation technologique sous-jacente, ainsi qu’à la structure oligopolistique de l’économie. Ce paradoxe est aussi une source de la montée du populisme, à la fois de droite et de gauche.

Marchés Financiers: 

Tirer profit des paradoxes français

par Michala Marcussen, Chef économiste Groupe, et Alan Lemangnen Economiste France chez Société Générale

Deux ans après son entrée en fonction, Emmanuel Macron a porté un agenda de réformes visant à tirer parti de certains paradoxes de l'économie française: une productivité élevée malgré un système de formation parfois déficient, une démographie enviable mais un faible taux d’utilisation de la main-d'œuvre, un taux de pauvreté modéré mais une mobilité sociale souvent entravée...

Politiques: 

BCE : Dovish mais pas trop

par John Plassard, Consultant Cambridge Securities pour Mirabaud Securities

La Banque Centrale Européenne (BCE) se réunissait le 6 juin deux mois après avoir annoncé le report de sahausse des taux d’intérêt au-delà de 2019 et le lancement de nouveaux TLROs en septembre. Si aucune nouvelle annonce n’était à attendre, plusieurs questions cruciales subsistaient. Passage en revue.

Les faits

La Banque centrale européenne a maintenu ses taux directeurs au plus bas et n'y touchera pas avant la fin du premier semestre 2020, une échéance repoussée de six mois par rapport à sa dernière réunion d'avril (alors qu'elle parlait jusqu'en mars de l'été 2019, puis de la fin 2019). Le principal taux de refinancement a été maintenu à zéro tandis que les banques vont continuer à payer auprès de la BCE un intérêt négatif de 0,40% pour les liquidités dont elles n'ont pas l'utilité immédiate.

Marchés Financiers: 

Le retour en force des risques géopolitiques nourrit l’incertitude sur les marchés

par Laurent Gonon, Directeur des gestions et Mabrouk Chetouane, Directeur de la recherche et de la stratégie chez BFT Investments Managers

Après un début d’année marqué par une relative accalmie sur les marchés financiers, la donne a radicalement changé du fait du regain de tensions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine. Ce changement de régime nourrit la volatilité et l’incertitude sur la croissance économique mondiale. Ce contexte impose donc de réduire son exposition aux actifs risqués.

Mondialisation: 
Flux RSS