-A +A

La faiblesse de l’inflation aux États-Unis n’est pas surprenante

par Michael J. Bazdarich, Economiste chez Western Asset (filiale de Legg Mason)

Plusieurs décideurs de la Réserve fédérale (Fed) s’attendent à ce que l’inflation aux États-Unis accélère en 2018, en ligne avec le consensus des analystes. Au cours des années précédentes, ces mêmes personnes avaient également prédit une hausse de l’inflation qui ne s’est jamais matérialisée et nous pensons qu’il est peu probable que cela soit le cas en 2018.

Nous considérons que l’économie américaine vit une période plus favorable que ne l’indiquent nos collègues et concurrents. Nous sommes également en désaccord avec l'idée largement répandue selon laquelle le projet de loi fiscale récemment adopté aura un effet inflationniste. Cependant, nous réfutons surtout que la politique de la Fed a été propice à une hausse de l’inflation.

Politiques: 

Taux obligataires US : opportunité d’investissement ou risque de correction ?

par Witold Bahrke, Stratégiste chez Nordea Asset Management

Le taux des obligations souveraines américaines à 10 ans a franchi le seuil psychologique de 3% au deuxième trimestre, niveau le plus élevé depuis 4 ans. Faut-il y voir une opportunité d’investissement ou un risque de correction ?

Au regard de ces niveaux critiques et d’une légère hausse de l’inflation aux Etats-Unis, les investisseurs sont légitimement préoccupés par la spirale des taux. Si la hausse des taux des derniers trimestres a été soutenue par des facteurs cycliques, la toile de fond macroéconomique n’a pas beaucoup évolué : le scénario à long terme reste intact, favorable au maintien de taux d’intérêt bas. Car l’essor de la croissance mondiale a déjà commencé à s’affaiblir. Le pic de croissance est derrière nous, laissant penser que l’essentiel du mouvement haussier des taux obligataires est déjà réalisé.

Marchés Financiers: 

Comprendre le changement d’orientation de la politique monétaire de la BCE

par Philippe Waechter, Directeur de la recherche économique chez Ostrum Asset Management

J’ai déjà commenté ici le changement d’orientation de la politique de la BCE décidé lors de la réunion du comité de politique monétaire du 14 juin. On peut y trouver les raisons économiques et les raisons techniques à cette inflexion. Pour moi cependant, le véritable objectif de la BCE est de pouvoir disposer d’une demande interne privée suffisamment robuste pour être un vrai support à la croissance européenne.

Politiques: 

Mondialisation : les travailleurs de l’industrie sont-ils vraiment plus vulnérables ?

par Eugénie Tenezakis, Chargée d’études à La Fabrique de l’industrie

Le retrait relatif de l’industrie manufacturière dans le PIB français, couplé à la forte couverture médiatique des fermetures d’usines (Whirlpool, Tupperware, GM&S…), nourrit à tort le sentiment que les travailleurs de l’industrie risquent davantage le chômage que ceux des autres secteurs. Pour mieux comprendre les phénomènes à l’œuvre, La Fabrique de l’industrie vient de publier une étude s’intéressant au parcours des individus licenciés à la suite de la fermeture de leur site de production, en France entre 1998 et 2010. Cette période est intéressante parce qu’elle a vu à la fois une accentuation de la mondialisation économique et, en parallèle, une poursuite de la désindustrialisation.

Mondialisation: 
Flux RSS